works

office art

 



  • 2013-1113-153717.jpg
  • 2013-1113-153744.jpg
  • 2013-1113-153812.JPG
  • 2013-1113-154841.jpg
  • 2013-1113-154905.jpg
LE DUEL
performance
2013
extrait video

http://vimeo.com/79035230

 

 Extrait , THE CURE /THE DUEL par Anne -Claire Plantey 

http://anneclaireplantey.wordpress.com/2013/09/17/corine-borgnet-the-cure/

 

(sic..)

Le Duel est une une performance interactive sur un échiquier à taille in(humaine) :

Cinq entités s’y côtoient :

Le monde des humains, avec le roi et la reine (incarnés par deux comédiens) nus et maculés de leur fonction, répondant souverains, à tous les défît que les joueurs leur lancent sur l’échiquier.

Le monde de l’art apparaît à travers les sculptures du fou et de la folle témoignant de ce qu’on peut nommée la folie créatrice

Les tabourets représentant les cavaliers  sur le jeu évoquent le mobilier de bureau

Deux tours apparaissent recouvertes d’un foisonnement de câbles pour symboliser le monde de la communication.

Et enfin le monde le plus souvent oublié des détritus et  autres déchets,  poubelles de bureau remplies de post It et de traces de l’activité humaine complèteront le jeu avec la place que Borgnet leur consacre depuis plus de dix ans.

Comme un pêché d’orgueil est lancé le grand défi à la cantonade : qui osera se mesurer à l’univers impitoyable de la finance ?

Les perdants souhaitant se reconstruire pourront le faire au sein d’un cabinet de psychothérapie affichée de façon aberrante speed psy. Ultime clin d’œil à  cette société de consommation toujours plus pressée, se logeant même dans cette discipline humaniste qui en est l’exact pole inversé.

La psy ,( role qui m'a été confié ..)incarne The Cure, c’est à dire le champs des possibilités qui s’offrent au travailleur aliéné. L’alternative oscille entre le travail thérapeutique de recentrage ou le recours salvateur à l’art, l’issu idéale étant la non alternative. Via la sublimation, je me propose  donc de révéler à chaque participant sa part créative et de l’inciter à la développer par le biais de la thérapie.

Une prise en considération personnelle, à la fois ludique, sincère et intense, voilà la proposition faite au visiteur de la galerie talmart, le sortant d’une contemplation passive pour lui offrir un rôle au sein de ce si pertinent et riche dispositif.

Corine interroge la place de l’art dans un monde de rentabilité qui tend à la deshumanisation. Elle propose la thérapie comme alternative humaine de reconstruction face à ce que le système peut détruire en l’individu et évoque en même temps l’art dans sa dimension salvatrice et dans sa perspective de résistance. Son humour grinçant sous un aspect ludique et impactant nous touche car toujours traversé d’une sombre et bouleversante poésie, vestiges candides de l’enfance.